Menu Fermer

Esprit sportif & charte responsable

Dès sa création, les 6 jours d’Antibes et leur organisateur affichaient la couleur. Au delà de l’exploit sportif, l’événement allait aussi s’inscrire dans des ambitions plus larges. Ce nouveau festival français dédié à l’ultra endurance se devait, en effet, de donner l’exemple.

Un esprit d’ouverture

Qu’est-ce que l’esprit sportif sinon, d’abord et avant tout, l’esprit d’ouverture ? Les 6 jours d’Antibes se sont inscrits, dès leur création, comme une course hautement fédératrice. Ainsi, dès l’instant où la santé du participant était au rendez-vous, l’épreuve était ouverte à tous. Cette tendance fédératrice allait encore se confirmer à l’occasion de la 4ème édition. La course serait ainsi ouverte pour les marcheurs en plus des coureurs. Dès 2009, les deux disciplines allaient coexister en toute amitié.

Une charte pour l’épreuve des 6 jours

Au delà des aspects de compétition, il fallait encore que les 6 jours d’Antibes, s’inscrivent dans la réalité du monde et y participent. Ainsi une charte fut écrite pour affirmer les volontés de se situer dans des ambitions plus grandes. En dehors de l’engagement sur l’organisation et la gouvernance, trois grands axes allaient être mis en avant. Chacun étant d’importance égalen on les citera dans un ordre indifférent.

Le parti-pris social

Il y avait tout d’abord le parti-pris « social ». Les 6 jours d’Antibes devaient ainsi permettre de créer des synergies entre toutes les associations locales et partie-prenantes sur le territoire. L’événement devait ainsi organiser l’accès au plus large public et permettre de renforcer les liens entre jeunes et moins jeunes. On retrouve là encore cette nature fédératrice du sport et une vocation à s’étendre bien au delà du simple exploit individuel. Point important sur cet aspect social, les 6 jours prenaient aussi le parti de s’ouvrir sur le domaine de la santé. Quand l’on pousse le corps et l’esprit comme on le fait dans le cadre d’un ultra-marathon, l’intérêt pour la recherche en matière médicale est incontestable. L’épreuve voulait aussi s’inscrire dans ce cadre.

Développement local

Il fut encore décidé qu’un événement de l’ampleur des 6 jours d’Antibes se devait de s’appuyer et promouvoir le tissu économique local : il devait donc avoir des retombées pour la ville et ses commerçants tant en terme de rayonnement que de perspectives. Un certain nombre d’acteurs locaux comprirent bien cet aspect de la course d’endurance et s’associèrent à l’événement en tant que soutiens ou sponsors.

Développement durable

C’est un thème qui, à l’approche de 2019, ne devrait plus étonner personne mais il faut le saluer. Dès après son lancement, les organisateurs des 6 jours ont affirmé leur volonté d’inscrire l’événement sportif dans la sphère de l’éco-responsabilité. Tout cela passa par l’optimisation concrète des ressources nécessaires à l’organisation de la course (eau, énergie, électricité, transports privilégiés, papier, etc…) mais aussi celle du traitement des déchets. Cela supposait aussi, de la part du comité de pilotage des 6 jours, une information et une communication claire, à destination des participants et de tous, sur les enjeux de l’écologie.